Michelin

Michelin

Le tandem Michelin :

à un c’est bien, à deux c’est mieux !

C’est après être venu en aide à cycliste anglais peinant à réparer son pneu Dunlop (trois heures de réparation et une nuit de séchage) qu’Edouard Michelin imagine nouveau système de pneu démontable et  réparable en un quart d’heure.
L’histoire de Michelin prend racine à Clermont-Ferrand, en 1832. Aristide Barbier et Édouard Daubrée, deux industriels de l’époque, se lancent dans la fabrication de machines agricoles et d’articles en caoutchouc. En l’an 1889, l’entreprise est au bord de la faillite. Désemparés, les deux hommes font appel à un certain Édouard Michelin. Du haut de ses trente ans à peine, ce licencié en droit et diplômé des Beaux-Arts prend la tête de la société afin d’en piloter la destinée. Son frère André, ingénieur centralien, à la tête d’une entreprise de charpente métallique rejoint rapidement l’aventure. La compagnie située près de la place des Carmes, à Clermont-Ferrand, sur un terrain de 12 hectares, prend alors le nom de “Michelin et Cie”. 

Édouard se spécialise dans la recherche des techniques de production et André prend en charge la communication et la vente. Ingénieux et visionnaires, les deux frères prônent la liberté et le développement économique, couvrant ensemble un large domaine d’expertise. Ils voient l’avenir en grand ! Le pneu de vélo autonome, flexible et interchangeable, est un succès commercial distribué à l’international. 

En 1894, pour étendre le business à l’automobile, les deux frères investissement dans les pneus de fiacre (tiré par des chevaux). Les pneus allègent de 30% la suspension des véhicules. Les usagers en apprécient le silence et le confort qui les incite à s’équiper pour les véhicules motorisés. 

Dés lors, André et Edouard négocient un audacieux virage vers l’automobile. Ils travaillent sans relâche pendant plusieurs années à l’élaboration de l’Eclair, première voiture au monde à rouler sur pneumatiques. 

En 1895, ils l’expérimentent eux-mêmes lors d’une course automobile de plus de 1.000 kilomètres. Les pneus éclatent tous les 150 kilomètres, mais l’Eclair finit la course. Michelin fait breveter le 1er pneumatique démontable destiné aux voitures automobiles et multiplie les partenariats avec les constructeurs.

C’est à Lyon, durant le salon de l’automobile, qu’Edouard entrevoit un corps humain se dessiner au travers d’un tas de pneus : le « Bibendum » né en 1898 sous les traits du célèbre affichiste Marius Rossillon. Il représente le savoir-faire de Michelin et évoluera au fil des années.

Le groupe Michelin mise au cours du 20ème siècle sur l’innovation pour s’étendre en déposant pas moins de 150 brevets par an  (avion, train etc). Gardant toujours la volonté de faciliter la vie du voyageur et ses déplacements, le pneu est associé au tourisme. « Le Guide Rouge » dit guide Michelin sort à l’ Exposition Universelle de Paris en 1900. Sa demande explose, passant de 19 000 en 1921 à 155 000 en 1925, et marque le début d’une grande série de produits dérivés : cartes, guides, panneaux de signalisation…

Les deux frères, André et Edouard, ont révolutionné, grâce au pneu, l’art de se déplacer. Le tandem symbolise la grande aventure humaine, un partenariat industriel riche mettant  l’innovation au service des moyens de transport modernes. À un c’est bien mais à deux c’est mieux !