Ricard

Ricard

bandeau_chronique2

Vingt heures
moins le quart,
l’heure du Ricard !

ricardSous le soleil plombant de l’été, quoi de mieux qu’un « ptit jaune » pour l’apéritif ?! 

En terrasse, sur les terrains de pétanque, près du barbecue ou en famille, cette fameuse boisson anisée, le pastis (qui nous vient de l’italien « pasticchio » signifiant méli-mélo et on comprend bien pourquoi au bout de quelques verres…), rassemble autour de la fête et suscite la convivialité (à consommer avec modération bien sûr). 

En 1930, alors que l’absinthe est interdite, les français se contentent de liqueurs anisées à 40°, mais leurs saveurs laissent à désirer. Paul Ricard, alors âgé de 23 ans, étudiant aux Beaux-Arts de Marseille, fils d’un marchant de vin de la région, aspire à créer un nouveau spiritueux.
Du fond de son laboratoire de fortune, il part à la recherche de « La » saveur unique, restituant la pureté de l’anis. Durant plus d’un an, il mélange, sélectionne, distille et harmonise les arômes.

En 1932, la recette originale du Ricard née : un mélange d’huiles essentielles d’anis étoilé de Chine, de réglisse provenant du Moyen-Orient, et d’une sélection secrète de plantes aromatiques provençales.

Paul Ricard arpente alors les bistrots de sa ville en vendant son pastis au litre (50 verres), ce qui lui valut quelques douloureux déboires avec la police.
Une dose de Ricard pour cinq volumes d’eau, c’est le premier long drink à la française destiné à l’apéritif ! Inspiré par la ville de son enfance, il choisit le bleu de la Méditerranée et le jaune du soleil pour faire rayonner sa marque. Il est alors bien lancé et ne s’arrêtera plus… 

La pureté et l’authenticité du produit sont très vite mises en avant par une stratégie marketing offensive avec, notamment, le slogan : « Ce sera Ricard, le vrai pastis de Marseille ! ». Puis, il y a le broc à bec verseur, les bouteilles, les étiquettes, les affiches, les verres, les casquettes, les cendriers, les briquets, les portes clés, le bob… et j’en passe. La démarche publicitaire, sous forme de saga, est puissante et la communication globale et opérante.

En 1968, alors que les ventes atteignent des records, Paul Ricard tire sa révérence et laisse la direction de sa compagnie à ses fils. Aujourd’hui, le Groupe Pernod Ricard est le deuxième groupe mondial de son secteur avec quatorze marques à son actif et une renommée internationale. Cheers !

large-laaaarge-blog-ricard-2 copie